CRA de Lyon : vidéo de la répression policière que subissent les détenu.es

[Article initialement publié sur Rebellyon.info]

Vendredi 16 août, les prisonnier.es du centre de rétention (CRA) de Lyon, au pied de l’aéroport Saint-Exupéry, ont entamé une grève de la faim. La veille, les flics les ont matraqués au sein du CRA. Une vidéo est sortie pour témoigner de ce qui se passe à l’intérieur.

Jeudi 15 août au soir, les keufs ont éteint les lumières des cellules à 22h. Iels ont matraqué les personnes à l’intérieur, ont blessé des personnes…
Une vidéo est sortie du CRA. Ces images sont rares et répondent à la volonté des personnes enfermées de montrer ce qui se passe à l’intérieur.

[Vidéo disponible ici]

Vendredi, la galère continuait avec gazage massif à la lacrymo et le parcage des personnes dans la cour, puis de certains dans une cage dans la cour.

Grosse force à elleux dans la lutte qu’iels mènent et face à la répression qu’iels subissent
Feu aux frontières, aux prisons, aux CRA qui compile les deux et à ce système d’enfermement raciste !

Grèves de la faim, blocages de promenades et Communiqué, luttes dans le CRA du Mesnil, de Palaiseau et de Vincennes cette dernière semaine

Retour sur plus d’une semaine de lutte dans différents CRA autour de Paris : Mesnil-Amelot, Palaiseau et Vincennes.
Solidarité avec tou-te-s les enfermé-e-s, soutien et force à celleux qui luttent !

Des nouvelles du Mesnil en lutte: blocage de promenade et des prisonniers sur les toits

Le 15.07.19

« Ca fait plusieurs semaines que la situation est très tendu dans la prison pour étrangèr.e.s du Mesnil Amelot.  Cette semaine après plusieurs tentatives de suicides violemment reprimé, les prisonniers des deux centres du Mesnil (CRA2 et CRA3) ont lutté collectivement contre le racisme et la violence des keufs de la PAF.

Dans la foulée, la CIMADE (l’asso qui fait du soutien juridique dans le centre) a décidé d’exercer son droit de retrait pendant trois jours.

Avec des témoignages de 2 copains, S. et O., enfermé au CRA2 du Mesnil on revient sur ce qui s’est passé cette semaine. On continuera de relayer des infos dans les prochains jours.

Le 13 au soir une nouvelle commence à tourner:

 La on est tous dans la cours avec toute nos affaires, ceux du bat 10,11 et 12 !

Le lendemain on prend des nouvelles:

Hier soir après avoir essayé de bloquer la cours on est rentré dans les batiments. A 22h40 ils ont amadoué tout le monde. Ils ont pris un gars du batiment 10 et ils lui ont donné une pétition à remplir.
Mais moi je pense qu’une pétition c’est pas une bonne idée.Y a le “représentant” du batiment 10 ils lui ont passé qu’à lui la pétition. Il faut tout écrire, qui on est, qu’est ce qu’on veut..
Obligé ils vont essayé d’avoir ou de trouver des lader et de les virer tout ça. Des gars vont prendre des vols c’est sûr. Cette pétition c’est eux qui ont dressé les règles..
On dirait un jeu et c’est eux qui contrôlent le jeu. C’est un délire.
Y a un keuf il dit c’est à cause de la cimade qu’ils sont passé à 3 mois de détention. La police dit ce qu’elle veut quoi..” S.

Ouai hier on est rentré au batiment. Le dernier mec avec sa femme ils l’ont poussé. Ils l’ont fait rentrer en agression alors qu’il voulait pas. Il était par terre, ils étaient 5 à le pousser.
Nous on était enfermé dans les bâtiments, on criait. Y avait sa femme devant qui était enceinte. Ils ont du les agresser pour les faire rentrer.

Tu peux revenir un peu sur ce qui c’est passé avant?

Ouai déjà y a eu le 9 juillet. Mardi c’était le 9 nan? Bref mardi aprem y en a 2 qui sont montés sur les toits du batiment 12 et l’autre sur les grilles. Ils en ont marre de ce qui se passe ici. Lui (celui des grilles) voulait être extradé en Belgique où il avait fait sa demande d’asile mais non eux ils veulent le renvoyer au Maroc. Lui il voulait pas y retorner. Il a parlé avec eux, mais personne nous écoute ici.. Après il a mis le barbelé autour du cou. Juste il n’en pouvait plus.
C’est d’autres prisonniers qui parlaient arabe qui l’ont calmé.

Les gars sur les toits ils voulaient juste pas rester 3 mois ici. 3 mois c’est trop. Y en a 2 qui ont été transferé dans d’autres CRA.

Y a un mec avec le SIDA ici, il est à l’isolement maintenant. Il s’est tapé avec un gars y avait plein de sang.. Personne n’a eu de test.. On peut rien faire ici. On est fait. Quand on a parlé des tests avec le chef, tu sais ce qu’il a dit? Il a dit ” Vous l’avez sucé? Vous l’avez baisé? Non bah c’est bon.. sinon vous l’avez ptet” Il a mal parlé parce qu’il était enervé. Hier ils l’ont ramené à l’infirmerie vite fait, puis remis à l’isolement.
Hier (le 13 juillet) ils ont voulu ouvrir les 3 batiments, mais on a pas voulu. Celui qui bouge trop ici c’est chaud. Y a un gars ils lui ont mis 2 vols en deux jours avec escorts !

Moi cette semaine j’ai très mal. J’ai fait la radio, ils m’ont dit c’est normal que j’aurai mal toute ma vie à la hanche. Et ils m’ont dit que c’était normal d’avoir mal comme ça, moi j’avais pas mal autant avant d’être en rétention.
Ils veulent me donner des médicaments genre calmant. Ca c’est trop, même si tu parles ils vont rien te donner.

O.

Au CRA3 ca bouge aussi ces 10 derniers jours: greve de la faim de 2 jours, banderole dans la promenade & tentative de blocage de promenade.

A Vincennes une nouvelle grève de la faim à commencé aujourd’hui au CRA2B.« 

Lien vers le site : https://abaslescra.noblogs.org/post/2019/07/15/des-nouvelles-du-mesnil-en-lutte-blocage-de-promenade-et-des-prisonniers-sur-les-toits/

Lutte en cours dans la prison pour sans papier de Palaiseau !

« Depuis le 17.07.19  22 prisonniers de la prison pour étrangèrs de Palaiseau sont en grève de la faim. On relaye ici leur communiqué.*

Pour rappel depuis lundi 15 juillet, un autre mouvement collectif a lieu au cra2b de Vincennes.

Communiqué des prisonniers en lutte de Palaiseau

Ici il y a une grève de la faim depuis ce matin mercredi 17 juillet 2019. Si on fait ça c’est par rapport à la nourriture déjà. Il y a tout le temps de la viande et pas hallal. Alors qu’ici y a beaucoup de musulmans ou végétarien comme les rasta. C’est aussi par rapport à l’accès à l’eau, ici y a pas de machine à eau fraiche. L’Ofii à refusé aujourd’hui de nous laisser acheter de l’eau en bouteille, alors même qu’il a fait très chaud. Sur les 3 derniers jours la machine à café a fonctionné une seul apres midi.
L’infirmerie faut en parler. Y en a ils sont malade mais on les soigne même pas.
Tout ça c’est un moyen de pression pour les keufs sur les retenus.

Ici y a beaucoup de pères, de gens qui ont des familles. Et tout ce qu’on nous propose c’est de partir au pays.
Ici y en a un il est malade du coeur, mais vu qu’il a perdu son dossier médical il est pas soigné.
Y en a un ici il était a l’hôpital de Villejuif et ils l’ont ramené au centre de rétentions. Ils ont changés ses médocs comme ça.
Y en a un ici son pays n’a pas d’ambassade en France, dans tous les cas c’était impossible pour lui de faire les papiers.
Y en a un ici c’est la préfecture qui a égaré tous ses papiers marocains, ce qui fait qu’il est ici et qu’il attend. Un autre s’est fait arrêter en allant a l’aéroport, après avoir acheté son billet. La France l’empêche de partir. Il le ramène ici et le font galérer. C’est n’importe quoi.
Y en a un il s’est présenté au comico pour répondre à une convocation et ils l’ont ramené au CRA. C’est pas le seul.
Ici y en a une quinzaine qui sortent de la prison. Il faut arrêter la double peine, et les aller retour cra-prison-cra.
Tout cela c’est un moyen de pression pour faire craquer les gens et quitter la france.
Les 3 mois c’est beaucoup trop. Ici c’est pas de la rétention c’est de la prison. C’est même pire que la prison parce que t’as pas le droit de cantiner ni nourriture ni eau.
Y a un état d’esprit électrique ici. Tout le monde court partout. En 2h la police est intervenu 5 fois.

On veut des changements rapidement dans le centre sur l’accès à la nourriture, à l’eau et au soin.

On appelle les autres centres à se mettre en lutte aussi !

22 prisonniers du centre de rétention de Palaiseau »

Lien vers l’article : https://abaslescra.noblogs.org/post/2019/07/17/lutte-en-cours-dans-la-prison-pour-sans-papier-de-palaiseau/

Paroles de l’intérieur du Mesnil en lutte

Un enregistrement de personnes enfermées au Mesnil publié le 18.07

Lien vers l’article : https://abaslescra.noblogs.org/post/2019/07/18/paroles-de-linterieur-du-mesnil-en-lutte/

« Des prisonniers du CRA3 du Mesnil-Amelot ont décidé de faire sortir leurs paroles, leurs histoire pour raconter ce qui se passe en ce moment. Double peine, racisme des keufs, conditions d’enfermements, vols cachés..

Pour rappel en ce moment la situation est tendu dans la prison pour sans papier du Mesnil Amelot: prisonnier sur les toits, blocage de promenades, tentatives de suicides: https://abaslescra.noblogs.org/post/2019/07/15/des-nouvelles-du-mesnil-en-lutte-blocage-de-promenade-et-des-prisonniers-sur-les-toits/

C’est aussi une grève de la faim en cours à Vincennes au CRA2B, rejointe hier par le CRA de Palaiseau.

On relayera la retranscription dès que possible.

Force et solidarité avec tou.te.s les prisonnière.s ! »

« Depuis lundi dernier, un mouvement collectif a lieu au CRA2B de Vincennes. S., enfermé là bas raconte ce qui s’y passe. Pour rappel depuis hier c’est à la prison pour sans-papier de Palaiseau qu’un mouvement collectif a commencé.

Retour sur 4 jours de luttes a la prison de Vincennes !

Le 18.07.19

« Ce lundi on est une trentaine à avoir refusé le repas ce midi. Trente cinq pour etre précis.

Le lundi soir on a mis tous les matelas dans la cour. Et on a pas dormi de la nuit. Tôt le matin ils sont venu pour un vol caché. Le gars ils l’ont tabassé devant nous. Alors y en a ils ont réagit. On s’est fait taper et tout. Dans la journée de mardi, on était de moins en moins nombreux dehors. Y avait plein de flics autour de nous avec des gazeuses.
Y a une personne qui est venu nous parler. Ils sont venu le deuxième jours. Ils sont repartit. Après ils venaient chaque cinq minutes pour des fouilles etc. On nous appelait pas pour le médecin et tout.. Maintenant ça c’est calmé avec eux.
Le gradé nous a demandé pourquoi on faisait ça. On leur a dit que c’était à cause des trois mois, que c’était trop pour les violences policières et tout. Ils nous ont dit que c’était pas de leurs ressort et ils sont repartit.
Les gens sont allé manger peu à peu tout seul parce qu’ils pouvaient plus tenir. Ils ont pas de parloir ni rien.”

Aujourd’hui on est le 18 juillet. On est encore sept en grève de la faim. Ca devient tendu. Hier j’ai perdu une dent, je sors la bouche en sang avec la dent dans la main pour demande avoir le docteur. On me dit “Ouai attends..” J’ai vu personne. En plus je suis tombé malade.

Des nouvelles du Palaiseau en lutte: “On est encore une dizaine à toujours être en grève de la faim. C’est pas tout le monde qui tient le coup”. »

Lien vers l’article : https://abaslescra.noblogs.org/post/2019/07/18/retour-sur-4-jours-de-luttes-a-la-prison-de-vincennes/

Morts, révoltes et grèves de la faim dans les CPR en Italie

[ Nous relayons ici des articles tirés sur  le site « abaslescra.noblogs.org » ]

Ces articles relayent les révoltes et luttes qui ont lieu actuellement dans différents CPR [Centro permanente per il rapatrio] en Italie.

A bas les CRA ! A bas les CPR  ! De Lyon à Rome force à tou-te-s les évadé-e-s pour la liberté ! Feu aux frontières ! Soutien aux luttes contre l’enfermement !

[ image : anarresinfo.noblogs.org ]

« Dans le CRA de Turin viol et mort d’un prisonnier

Dans la nuit du 7 au 8 juillet une personne est morte à 32 ans dans le CRA de Turin, une ville dans le nord de l’Italie. Elle est morte en cellule d’isolement dans le CRA après avoir dénoncé un viol. Il y a eu des révoltes et des manifestations à l’exterieur.

Faisal, “Sahid” e gli altr*


Au CRA de Ponte Galeria de Rome il y a eu des révoltes et une évasions collective

Au CRA de Ponte Galeria de Rome il y a des révoltes et une évasions collective. Presque 17 personnes ont réussi à s’enfuir. Cela s’est produit au moment de la réouverture de la zone pour hommes du CRA.

Traduction: Rome – Révolte et évasion du CPR de Ponte Galeria
CONTRE TOUTES LES GALÈRES, CONTRE TOUTES LES FRONTIÈRES, FEU AUX CPR!!
SOLIDARITÉ AVEC LES PRISONNIERS EN LUTTE, VIVE LA LIBERTE’!
La section masculine du CPR (CRA)de Ponte Galeria, restructurée et remise en service il y a environ un mois, a finalement été inaugurée de la meilleure manière possible : entre le 5 et le 6, une grande révolte a éclaté dans la section masculine pour protester contre les invivables conditions du camp d’internement. Selon la seule source disponible pour l’instant (un article d’un syndicat de keufs), plusieurs dizaines de détenus, après avoir déchiré portes et fenêtres, « ont contourné et forcé le garde inter-force placé pour protéger et surveiller la structure ». Les fugitifs se sont dispersés dans le coin et certains ont été capturés et renvoyés dans les cellules. Actuellement 17 personnes ont réussi à retrouver la liberté. On parle de certains blessés, parce qu’ils se sont « blessés avec des lames de rasoir et d’autres armes improvisées ».
Le 5 juillet, pendant un concert au stade olympique, lors de contrôles impromptus, six personnes ont été arrêtées avec des documents irréguliers, puis emmenées au bureau de l’immigration de la « questura » (poste de police) et de là, probablement au CPR. Nous ne pouvons nier que le centre d’expulsion a un impact important sur la vie en ville car il favorise l’augmentation des contrôles, des rafles .Démontrer un soutien actif aux luttes des détenus ne peut qu’ouvrir des espaces de liberté.
Lien :

Au CRA de Caltannissetta grève de la faim contre les déportations et contre la rétention

Au CRA de Caltannissetta, en Sicile, il y a une grève de la faim contre les déportations surtout vers la Tunisie et contre la rétention. »

Caltanissetta – Nel CPR di Pian del Lago sciopero della fame contro detenzione e deportazioni

Incendie au centre de rétention du Mesnil-Amelot !

[ On relaye plus bas le texte publié sur « abaslescra.noblogs.org » ce jour suite a l’incendie d’une partie du CRA 2 du Mesnil-Amelot en fin de semaine dernière : ]

Les révoltes dans les centres de rétentions continuent ! Il y a plusieurs semaines les prisons pour étrangè.r.e.s de Oissel puis de Rennes étaient en partit détruit par des révoltes de prisonniers. En fin de semaine dernière c’est au CRA 2 du Mesnil Amelot qu’une autre révolte a eu lieu. Résultat: tout le batiment 9 du CRA2 à brûlé.

Samedi dernier, dans plusieurs villes en france (Sète, Marseille, Rennes, Toulouse et Paris) avaient lieu plusieurs rassemblement contre les centres de rétentions et en soutien aux prisonniers de Rennes incarcérés, accusés d’avoir été à l’origine de l’incendie qui a détruit la moitié du centre.

Depuis la préfecture s’active pour mettre en place la répression: déportation violente le lendemain matin de l’incendie, transferts dans d’autres centres de rétentions, GAV, menace de procès.

Des prisonniers racontent les dernières révoltes:

“C’était le soir vers vingt-trois heures à minuit. Tout le monde l’a vu. Ils ont été dans la salle de télé, ils ont mis des draps et des matelas. Certains ont voulu l’empêcher. Mais ils voulaient pas les écouter. Après on s’est éloigné et ça a pris feu. Plus tard les pompiers sont venu. Hier j’ai été placé en GAV, j’ai fait 3 ou 4h. Après ils m’ont transferé dans un autre centre”

 

« Je vais te dire pourquoi ils ont fait ça. C’est parce qu’y a des civils qui parlent toujours mal, qui nous frappent.  Des fois ils viennent tôt le matin ils nous virent du batiment jusqu’à midi. Ils disent c’est pour le nettoyage, mais après ca pue les toilettes partout.. C’est le bordel faut y être pour y croire ! La nourriture.. La nourriture.. Chaque jours c’est du poisson. Y a un jours il était périmé le poisson. Même l’eau ici elle est dégueulasse. Elle est pas fraiche même avec le soleil. Des fois ont dehors ils viennent avec la voiture devant les grillages et ils allument les phrases. Pour le ptit dejeuner, tu te reveilles pas à 7h t’as le droit  à Rien.

Pour l’infirmerie, et la cimade des fois t’attends des heures au soleil. C’est pour ça qu’ils l’ont fait ! T’attends des heures au soleil et là on te dit “Bah non c’est fermé.”

Y en a eu un transferé au bled, 3 transferé dans des autres centres, 1 ou 2 autres transférés dans le cra 3 (parce qu’ici y a deux centres tu vois).”

 

“Avant cette révolte y avait eu d’autres luttes. Y en a eu une pendant une semaine, pendant le ramadan. Surtout chez les Marocains et les Algériens. Une semaine c’était chaud ! On voyait même pas le médecin, parce qu’ici ces des policiers pas des médecins.

Mais cette grève ça à servi à rien. Les policiers ils étaient plus violent, et c’était chaud pour rien. Ils ont rien laché en face, même pas sur la propreté des toilettes. Puis après l’incendie ils ont dispatché tout le bloc.

Y a même des palestiniens et des libanais ici. Alors qu’y a la guerre la bas,c ‘est chaud non?

C’est la suite de la colonisation. Après ils parlent droit de l’homme…

Y a eu une famille et des enfants. Les parents étaient handicapés. Ils les ont libérés mais bon quand même ils les ont enfermés dans un centre ! Pourquoi? Parce qu’ils n’avaient pas les bons papiers. »

 

“Moi, après l’incendie ils m’ont amené à l’hôpital.. A cause de la fumée tu vois, quand tu respires la fumée c’est chaud. Au bout de 3 jours ils m’ont ramené au centre…”

Soutien à tou-te-s les enfermé-e-s, à tou-te-s celleux qui se révoltent et luttent, à celleux qui s’évadent

Liberté pour toute-s ! A bas les CRA ! A bas l’enferment ! Feu aux frontières !

Lien vers la page du site : https://abaslescra.noblogs.org/post/2019/06/26/incendie-au-centre-de-retention-du-mesnil-amelot/

Emission de radio l’Envolée du 21 juin 2019

On relaye ici l’émission de l’Envolée diffusée sur Radio Paris Fréquence Plurielle, émission diffusée tous les vendredi de 19h à 20h30, cette semaine avec le témoignage d’une personne enfermée au CRA de St Exupéry.

Programme de cette émission :

– Lettre + invité : Témoignages de Réaux suite à la mort suspecte de M. Fofana

– Discussion : Condé sur Sarthe ; des nouvelles de Marina, fraîchement libérée ! ; grèves de faim dans des prisons italiennes

– Appel : Un prisonnier du CRA de Oissel

– Appel : Un prisonnier du CRA de Lyon

– Brèves : Agenda ; soins en prison

Lien : http://lenvolee.net/emission-du-21-juin-2019/

Emission « La Petite Cuillère » sur Radio Canut du 6 juin

  • Nouvelles du CRA de saint Exupery avec des témoignages de l’intérieur.
  • Le bruit qui court du grabuge à la taule de Corbas et de multiples évasions cette semaine.
  • La mort suspecte d’Amara Fofana à Réau.
  • Le communiqué autour des conditions de détention des femmes trans de Fleury et contre la transphobie pénitentiaire.
  • Du rapport de l’OIP sur les violences des surveillants.
  • Un hommage suite au décès de Pastora Dominga, galicienne, figure emblématique des luttes anti carcérales en Espagne et mère d’un taulard.

La petite Cuillere – Emission du 6 Juin

« Un chien, on l’enferme chez vous pendant 48h, il va tout faire, même il va se suicider » : Compte rendu du procès des quatre évadés du CRA

[Article initialement paru sur Rebellyon.info]

Le samedi 13 avril avait eu lieu une tentative d’évasion du CRA. Les flics ont interpellé quatre personnes et les ont tabassées, certaines ont dû aller à l’hôpital et ont été mises en garde à vue. Après une première comparution immédiate le 18 avril, le procès a eu lieu le 3 mai, ils ont tous les quatre écopé de 4 mois de prison ferme. Compte rendu d’un procès où un détenu se défend seul.

Résumé de la comparution immédiate du 18 avril :
Une personne ayant refusé d’avoir un avocat et demandé du temps pour préparer sa défense, l’audience a été reportée pour tous au 3 mai. Le 18 avril, il ne s’agissait donc que de décider de leur sort jusqu’au procès. Par formalité, la juge leur demande s’ils ont des problèmes de santé. Une personne répond qu’elle a la maladie de Crohn et a besoin de traitements. Cette information n’a aucune incidence sur la décision finale, les deux seules alternatives étant l’enfermement : le CRA ou la maison d’arrêt. Ils ont été placés en mandat de dépôt à la maison d’arrêt de Villefranche. En entendant cette décision, les détenus, en signe de protestation, sortent d’eux-mêmes du box en lâchant des : « Vive la France ! », « C’est ça la France Madame ?! ».

Compte rendu de l’audience du 3 mai :
Les 4 détenus arrivent dans le box, entourés de 7 keufs, dont 6 y resteront pendant toute la durée de l’audience. Dans la salle, ce sont 3 d’entre eux qui surveillent le public et 1 fait la sécu à l’entrée. Faut dire qu’entre l’audience pour des étrangers ayant tenté de s’enfuir du CRA et celles pour les gardés à vue de la Giletjaunade du 1er mai, l’après-midi verra se succéder les procès politiques. Bien évidemment, les magistrat.es ne manqueront pas de marquer leur mépris…

3 détenus seront assistés par une interprète.

On reproche aux quatre personnes une « tentative de soustraction à une mesure de rétention administrative » le 13 avril et pour deux d’entre elles « la dégradation ayant causé un dommage grave dans le mur du Centre de Rétention, dégradation commise par plusieurs personnes en qualité d’auteur ou de complice »

La juge résume les faits : A 17h45 le 13 avril, l’alarme du CRA se déclenche, deux flics arrivent et voient un trou creusé dans un mur extérieur donnant sur une coursive. Les flics voient trois personnes en train d’escalader et une qui repasse à l’intérieur du CRA. Tous seront interpellées.

La juge montre des photos (vue aérienne et plan du CRA avec matérialisation du trou) aux assesseurs et décrit le dispositif qui barricade le CRA : sur la coursive, il y a des haies avec derrière un grillage de 4m, et le dernier mètre est constitué de panneaux inclinés vers l’intérieur, eux-mêmes terminés par des herses pointues. Pour le trou, les prisonniers se sont servis d’une grille de caniveau pour creuser un mur de 45 cm fait de parpaings, plâtre et moellons. Le trou a été creusé dans le mur d’un local que la juge qualifie de « salle de détente avec une machine à café ». Elle continue sa rubrique TripAdvisor de ce qu’on croirait être un Club Med, et parle d’une « sorte de sas qui permet d’accéder à une cour de détente ». Pour rappel, outre le fait que la machine est hors-service, c’est précisément dans ce local et dans cette cour que les détenus du CRA subissent régulièrement la répression, où ils sont parqués, matraqués et gazés…

La vidéo-surveillance permet aux flics de se repasser toute la scène, qui a commencé vers 13h30. Iels identifient des personnes avec une « responsabilité bien marquée » ; celles-ci vont être poursuivies selon une autre procédure et seront jugées prochainement.

La juge mentionne que les prisonniers ont fait beaucoup de bruit, au prétexte d’encourager un match de foot pour essayer de couvrir le bruit du trou en train d’être creusé.

Les quatre personnes ont reconnu les faits de tentative d’évasion, et la juge ne peut s’empêcher d’ajouter « il était difficile de faire autrement ». Elle interroge ensuite chacun. Elle appuie sur le fait que le PV mentionne que l’un soit « repassé à l’intérieur en voyant la police » et qu’il ait « cassé ». Le détenu se défend de l’erreur de traduction. La juge coupe court : « L’interprète a dit ce que vous lui avez dit, il n’a pas inventé ». Un autre explique qu’il était arrivé depuis 40 minutes au CRA et qu’il n’a rien à voir avec ça.

La juge, s’adressant à D. qui a choisi de se défendre lui-même : « Concernant votre participation aux faits, vous vous êtes blessé en tombant du grillage, vous n’êtes pas parvenu à l’escalader. Vous dites que vous avez entendu parler de l’évasion qui était en projet en début d’après-midi. Vous contestez avoir participé aux dégradations mais vous avez vu le trou se creuser. Vous reconnaissez par contre que vous vous y êtes intéressé, que vous avez fait du bruit, que vous avez donc évidemment participé à cette tentative d’évasion qui a échoué. Alors, qu’est ce que vous souhaitez dire ?

D. : Je voudrais dire que je ne suis pas d’accord, avec l’avocate, pendant la garde à vue on m’a posé des questions.
J : Sur quoi vous n’êtes pas d’accord ?
D. : Je ne suis pas d’accord parce que c’est pas ce que j’ai dit, ce qui est écrit. Moi j’ai pas participé à la dégradation et eux ils ont écrit que j’ai participé à la dégradation. Il y a beaucoup de choses. J’avais une avocate à côté de moi, j’ai demandé, j’ai dit, je n’ai pas dit ce qu’il est écrit, trois fois je l’ai dit à l’avocate. Tout ce qui est écrit c’est pas ce que j’ai dit. J’ai pas eu accès à mon dossier. Jusqu’à aujourd’hui je n’ai pas vu mon dossier. Je sais pas ce qu’on me reproche. J’ai pas eu de réponse. J’ai refusé d’avoir un avocat.
J : Et pourquoi vous avez refusé ?
D. : Parce que j’ai perdu confiance. [Il parle de son PV de garde à vue]. J’ai lu ce qui était écrit trois fois. Je lis j’étais pas d’accord, une deuxième fois je relis j’étais pas d’accord, une troisième fois elle est pas intervenue et puis à un moment donné elle m’a dit « ça commence à bien faire ». Voilà l’avocate ce qu’elle m’a dit. Donc j’ai refusé d’avoir un avocat.

Le juge lit le PV de la garde à vue, sans tenir compte du fait qu’il conteste les propos qui lui sont attribués. Il répond en insistant sur le fait qu’il a vu le trou par hasard, qu’il n’était pas assez grand pour laisser passer quelqu’un à ce moment et qu’il n’a en aucun cas participé aux dégradations. La juge continue à lire le PV qui sous-entend qu’il a participé en couvrant le bruit de la grille.

La personne réussit à reprendre la parole : « Par rapport l’évasion, n’importe qui il a un chien chez lui, qui le ferme pendant 48h, il va tenter de s’évader. L’être vivant, c’est comme ça. Moi je suis un être vivant. J’ai été en prison, de prison on m’a envoyé au centre de rétention, c’est la première fois de ma vie que je suis enfermé. Donc moi je pense et je crois, y a rien qui va changer, je crois profondément que c’est dans mes droits d’essayer de s’évader. Parce que je me sentais pas libre, n’importe qui va chercher sa liberté. Moi j’ai voulu chercher ma liberté, c’est dans les droits de chercher ma liberté [La juge tente de l’interrompre, mais il ne lâche pas]. Mais moi, de mon point de vue personnellement, j’ai pas fait un délit. Je vois pas pourquoi aujourd’hui je suis en prison. J’ai cherché que ma liberté. » La juge l’interrompt, triomphale et dans un rire de dédain : « Et bien précisément, Monsieur, c’est un délit ». Il ne se laisse pas déstabiliser et poursuit : « Un chien, on le met chez vous pendant 48h, il va tout faire, même il va se suicider, il va pas rester enfermé. Moi je suis pareil, je suis un être vivant. Voilà. Y’a des gens qui peuvent être incarcérés, moi je peux pas être incarcéré ». La juge s’impose et, dans un ton condescendant et moralisateur, fait la leçon : « Alors, je vous explique une chose, si vous ne comprenez pas la différence entre un chien et un être humain, le chien ne connait pas la loi et vous vous la connaissez. On en a fini avec les faits, je n’ai pas de question ».

L’audience s’enchaine avec les questions portant sur la personnalité, et insiste lourdement (aidée par le proc’ qui intervient en s’adressant directement aux détenus) sur les casiers judiciaires, les consommations potentielles d’alcool et de drogues. On apprend qu’une personne s’est vue refuser un suivi psychologique et qu’un traitement au Diazépam a été administré à deux détenus. Pour info, une utilisation prolongée de ce médicament peut entrainer un risque de dépendance.

On passe à la situation professionnelle avec cette perle de la juge qui fait réagir la salle : « j’ai juste dit que vous avez travaillé sur des chantiers, j’ai pas dit que vous étiez sans emploi, j’ai dit effectivement que vous êtes sans emploi depuis que vous êtes au centre de rétention ». La juge continue comme si de rien n’était…

Le procureur revient sur la terminologie du mot ’évasion’, qui ne peut pas s’appliquer dans le cas d’un centre de rétention, d’où l’infraction retenue : ’tentative de soustraction en réunion à une mesure de rétention administrative’ : « Mais bon, sociologiquement, ça ressemble quand même beaucoup à une évasion ». Il décrit alors minutieusement comment les prisonniers ont franchi le trou et va même jusqu’à parler de personnes essayant de passer le grillage « avec des cordes de draps noués comme on peut le voir dans les bandes dessinées et dans les films ». Il revient également sur les dégradations en indiquant que tout le monde est complice, les uns creusant, les autres couvrant le bruit.

Il retire le chef d’inculpation de dégradation et retient la tentative de soustraction. Puis il continue son argumentaire sur le cadre légal : « si chacun déterminait à ses yeux ce qui est un délit, une effraction ou un crime, il n’y aurait pas de société. Précisément il y a une loi qui détermine les faits qui sont interdits et les faits qui ne sont pas interdits. Mais en tout état de cause, la loi française prévoit lorsque l’on est dans une mesure de rétention administrative et qu’on cherche à s’évader de cette mesure de rétention administrative, s’y soustraire, c’est un délit, et c’est ce qui justifie ces poursuites ». Il enchaine avec la théorie du bon et du mauvais migrant : « Je tiens compte que ce sont quatre prévenus qui ont tous des antécédents judiciaires, ce ne sont pas des profils de personnes détenues administrativement [il se reprend pour le lapsus], retenues administrativement », « ceux qui cherchent à s’évader ne sont effectivement pas les gens qui sont des citoyens lambdas qui se retrouvent en situation irrégulière ».

Il demande quatre mois d’emprisonnement pour chacun avec maintien en détention.

C’est au tour de l’avocate de la défense, qui représente trois des détenus. Elle commence par le « souci linguistique » : « ils ont été placés en garde à vue pour une ’tentative d’évasion’ qui a été requalifiée en ’tentative de soustraction’ puisque l’évasion doit être pour un détenu de se soustraire à la garde à laquelle il est soumis. Et un détenu c’est quelqu’un qui est soupçonné d’avoir commis une infraction pénale ou qui en a commis une. Et les retenus ne sont pas des détenus, on l’oublie je crois, souvent. On l’a oublié un petit peu dans le cadre de cette procédure et ça pose question puisque, quels que soient leurs antécédents judiciaires, ils sont au Centre de Rétention Administrative car ils sont présents sur le territoire sans autorisation, c’est le seul tort qu’ils ont commis. » Elle explique ensuite ce qu’est un CRA : « C’est un lieu où les gens sont privés de liberté mais sans avoir commis la moindre infraction pénale. Un lieu dans lequel ils doivent rester le temps nécessaire à leur reconduite et dont on sait très bien que chaque année des dizaines de milliers de personnes passent au CRA et sont enfermées pour une durée maximale de 90 jours pour certains avec des enfants en bas âge. » Elle cite ensuite le rapport de la Contrôleure Générale des Lieux de Privation de Liberté publié le mois dernier, dont elle qualifie le passage sur les CRA d’« absolument affligeant » : ‘conditions de rétention insatisfaisantes, personnel insuffisant, conditions matérielles d’hébergement déplorables, locaux vétustes, exigus, mal entretenus, sales, accès aux soins insatisfaisant, agents non formés à la gestion de ces publics, utilisation systématique des menottes pour tout déplacement’. « On comprend mieux à la lecture de ce rapport que l’on puisse confondre soustraction et évasion, même si ces personnes-là ne sont pas détenues, ils en ont tout l’air. C’est un peu le Canada Dry de la détention le CRA, et ça pose au niveau des libertés fondamentales plein de questions ».

Elle rappelle ensuite le contexte : il y a un local de surveillance avec 9 écrans et 90 caméras, « le CRA est quadrillé », il y a actuellement 91 détenus, soit 1 caméra par détenu ! Et il y a même tellement de caméras que les flics finissent par en découvrir une ! Au début, ils pensent qu’aucune caméra n’a vue sur la zone du trou, et c’est d’ailleurs ce qu’indique les PV de 8h45 et de 10h. Et à 14h, ils découvrent la caméra qui a filmé l’entrée du sas menant vers le trou ! Au moment de la tentative, 23 membres du personnel sont présents dans le CRA, dont 19 attribués à la garde. [A ce moment-là, la juge se passe un coup de Labello…]. L’avocate s’étonne que personne ne les ait vus et ne les ait arrêtés dans un contexte de surveillance aussi resserré.

C’est au tour de la personne sans avocat d’assurer sa défense :

« J’ai demandé le 18 pour que je prépare ma défense. En prison, on m’a pas fourni le dossier pour relire la police ils ont dit, les faits qu’ils ont dit sur moi.
Pendant les interrogatoires, ils ont dit que j’étais en train de dégrader le trou, moi je tiens préciser à cette heure-là que le trou il était déjà fait. Pendant qu’on me voit dans la vidéo, j’étais en train de regarder, le trou il était déjà fait. Par rapport à M. H., lui la police il dit, je peux témoigner, vraiment il a rien fait, il a pas fait, ça je peux le témoigner pour M. H.. Par rapport à la loi française, par rapport après on a parlé pour dégradations, j’ai aucun lien avec les dégradations, je veux bien qu’on me le prouve, je veux bien qu’on me le montre la vidéo ou quelque chose, parce que j’ai pas pu monter le dossier. J’ai demandé en prison, 3 fois. Pendant 14 jours j’ai fait 3 demandes. Donc ça c’est par rapport aux dégradations. Mais par rapport à la tentative d’évasion. La tentative d’évasion, c’est vrai la loi française elle interdit ça. Mais moi comme être humain, aujourd’hui, même si on me met en prison, je trouve n’importe quel moyen de s’évader, je vais chercher ma liberté. Je suis un être humain, je suis un être vivant, moi j’ai frappé personne, j’ai fait de mal à personne, j’ai touché personne, j’ai juste cherché ma liberté. Y’a 100 ans de là, y’avait l’histoire de l’être humain, y’a que 100 ans qu’il y a les frontières, y’a 100 ans, juste 100 ans que y’a les frontières. Peut-être ça changera un jour. Je vais être jugé par ces lois-là, moi pour moi, c’est un procès politique déguisé dans une enveloppe de jugement d’affaires je sais pas comment dire. Pour moi, c’est injuste si je suis aujourd’hui en prison, parce que juste j’ai tenté de m’évader. Pourquoi j’ai tenté de m’évader. On m’a donné au centre de rétention de l’Ibuprofène, moi j’ai la maladie de Crohn, on m’a donné de l’Ibuprofène, mais j’ai pas pu vous donner d’ordonnance médicale qu’on me l’a prescrit, c’est dangereux pour ma santé. Une fois j’ai consulté un docteur, il m’a donné des antibiotiques pour ça.
Au centre de rétention, j’étais pas, je me sentais pas un être humain. Je me sentais… tout à l’heure j’ai dit un chien, un chien c’est un être vivant, pour moi il a total respect, pour moi n’importe quel être vivant, il doit avoir le respect. Aujourd’hui, moi je me trouve en prison, je trouve ça injuste, ça c’est mon point de vue personnel bien sûr, je trouve ça injuste que je, honteux aussi que je me trouve en prison à cause de ça. Dégradations, je veux bien qu’on me le prouve. Moi j’ai pas dégradé, j’ai rien fait ou quoi. J’ai pas pu préparer ma défense, Madame. Ça je sais pourquoi, je sais que j’étais, qu’on m’a pris mes papiers, que y avait une enquête de DGSI derrière moi. L’enquête de DGSI elle a donné rien. Aujourd’hui je suis en train de subir, c’est mon point de vue personnel Madame, je suis en train de subir aujourd’hui la torture, que j’ai rien fait du tout. Aujourd’hui, moi si on m’a pas pris mes papiers, je m’évaderais pas, je serais pas entré en prison, je serais pas là devant vous. Moi mes papiers ils me les ont pris injustement. J’ai un recours. Je considère pas que je suis sans-papier, non. Ma présence au centre de rétention, je la trouve aussi injuste. Donc injuste pour ce qu’on me reproche, un délit que moi je trouve pas un délit, n’importe quel être humain, n’importe quel être vivant va chercher, va faire pareil, voire même mieux, peut-être il va réussir, moi j’ai pas réussi, malheureusement. Ne le niez pas Madame, n’importe quel moment que j’aura un p’tit, un p’tit p’tit p’tit point que je pourrai m’évader… C’est pas contre la loi [la juge tente de l’interrompre : « On a bien compris », c’est juste pour récupérer ma liberté. C’est tout Madame. »

La juge tente de mettre un terme à sa plaidoirie, mais il souhaite ajouter quelque chose : « J’ai pas pu récupérer le dossier pour préparer ma défense. Je sais même pas si c’est légal ou pas. S’il vous plait, c’est vous qui va me dire ça : est-ce que c’est légal ? Aujourd’hui, j’ai lu rien depuis la garde à vue, jusqu’à ce moment-là, j’ai pas eu quoi que ce soit comme papier, madame. Vraiment, ça, c’est légal ou pas ? Je sais pas. » La juge ne voyant aucune trace de ces demandes dans le dossier, choisit d’ignorer complètement sa parole.

Le procès aura duré 1h15. Les quatre, avec ou sans avocat, sont finalement condamnés à quatre mois de prison ferme, comme le demandait le procureur.

Un procès comme tant d’autres, où les prisonniers du CRA témoignent de l’arbitraire des procédures réservées aux personnes étranger.es et de la déshumanisation qu’iels subissent au quotidien dans les lieux d’enfermement.

Un procès comme tant d’autres, où la justice se place en garante de l’application des lois racistes, sans jamais remettre en question le système dans lequel elles s’inscrivent, tout simplement parce qu’elle fait elle-même partie de ce système.

A bas les CRA, à bas les frontières, soutien à tous.tes les prisonnier.es !