Emission de radio l’Envolée du 21 juin 2019

On relaye ici l’émission de l’Envolée diffusée sur Radio Paris Fréquence Plurielle, émission diffusée tous les vendredi de 19h à 20h30, cette semaine avec le témoignage d’une personne enfermée au CRA de St Exupéry.

Programme de cette émission :

– Lettre + invité : Témoignages de Réaux suite à la mort suspecte de M. Fofana

– Discussion : Condé sur Sarthe ; des nouvelles de Marina, fraîchement libérée ! ; grèves de faim dans des prisons italiennes

– Appel : Un prisonnier du CRA de Oissel

– Appel : Un prisonnier du CRA de Lyon

– Brèves : Agenda ; soins en prison

Lien : http://lenvolee.net/emission-du-21-juin-2019/

Témoignage de Philanthrope, détenu du CRA de Lyon St-Exupéry, 2019

[Ceci est la traduction du témoignage en anglais disponible ici]

Donc, tu veux parler de ce qui se passe à l’intérieur du centre ?

Toute la journée tu veux dire ? Du matin jusqu’au soir ?

Comme tu veux…

Donc hum en ce moment je suis dans la période du ramaddan tu vois, c’est peut-être un moment de la vie différent que d’habitude tu vois.
Donc, bon, ils nous réveillent à 10h du matin et ils vérifient toutes les chambres, et ils laissent les lits retournés et tout n’est pas comme ils… comme ils l’ont trouvé avant. Donc…
Et ensuite on sort par le hall là, et y a des personnes elles vont prendre le petit-déjeuner et après le petit-déjeuner ils leur donnent les pilules, enfin des médocs qui shootent tu vois, comme du Valium, du Rivotril, des trucs comme ça. La police ils en donnent aux personnes ici. Ils donnent des cachetons ! Et à cause de ces pilules, ils se battent les uns avec les autres et ils se battent avec la police et tout le reste tu vois.

Mais les règles ici, si tu veux demander quelque chose pour ton voyage, le prochain voyage, à quelle destination ils vont t’envoyer, ils, ils veulent pas te répondre ! Ils laissent la surprise !
Euh… Un jour ou deux jours avant, ils viennent pour te dire que tu as un vol le lendemain, tôt le matin vers une destination, t’étais pas au courant avant, tu vois.
Au moins ils devraient nous donner quelques informations avant, genre une semaine ou deux. Ou te laisser choisir tu vois. Tu comprends ce que je veux dire ?
Tu as besoin de plus de temps pour… avant le voyage tu sais ! Avant… Parce que tu dois demander à tes amis, à ta famille de te ramener tes vêtements, tes papiers, tes dossiers et plein de choses comme ça ! Pas comme une surprise après un jour !
Ils disent demain, après-demain si tu as de la chance, ils vont dire après-demain…

Donc… Et les gens quand ils se battent avec la police ils sont dehors, ils partent, quand ils… Les gens ils rentrent dans les chambres, parce que dans les chambres y a pas de caméra. Et dans les chambres, ils se batten avec la police aussi tu vois !

Ok et ça arrive souvent ?

Ouais ouais. C’est pas toujours mais des fois… Je dirais que ça arrive des fois tu vois.

Qu’est-ce que les personnes peuvent faire ensuite pour être protégées ?

Pour la protection, y a rien à faire tu vois, ils font rien… Peut-être ils cachent les caméras et ils se battront encore avec la police.
Si tu veux que la police vienne, tu dois cacher les caméras pour qu’ils arrivent.

Et tu veux parler de Forum Réfugiés ?

Forum Réfugiés… C’est la même chose tu vois, la même chose, c’est la même chose ! Ils t’appellent, et tu leur demandes, et ils disent « il n’y a rien à dire », « il n’y a pas de nouvelles ».
C’est la même chose ! Après un jour, deux jours, tu vas apprendre des trucs pas de la part de Forum mais de la police tu vois.

Comme si Forum c’était un supplément ici tu vois, un supplément pour… pour ne rien demander tu vois, hum. Ils te disent si tu leur demandes rien. Je leur ai demandé deux-trois fois et c’est la même réponse « il n’y a rien de nouveau », « il n’y a pas de nouvelles ».
Et toutes les personnes c’est comme moi ici. Et elles posent les mêmes questions. Si tu demandes à Forum, ils te répondent, ils disent « non jamais ».
Tu dois attendre.
C’est tout.

Hum et est-ce que t’as vu des personnes qui voulaient parler à Forum de ce qui se passe avec la police à l’intérieur ?

A l’intérieur, personne parle avec Forum tu sais de ce qui se passe à l’intérieur.
Comme hier, deux personnes se battaient tu vois. La police est arrivée et ils… Un policier ils…. Ils ont frappé tu sais, ils ont frappé l’un des gars tu sais. Ils en ont frappé un, et ils l’ont mis trois heures et ils l’ont laissé.

Trois heures où ?

Trois heures dans une pièce… Juste une pièce tu vois. Une pièce fermée.

Ah ok, « isolement » ?

Ouais ouais… Et aujourd’hui son visage est [inaudible], à cause des coups de la police tu vois, ils ont frappé son visage, tu vois. Ouais…

J’ai quelque chose à dire sur les règles ici. Ca ressemble pas à l’Europe tu sais. Y a des personnes qui ont l’asile dans d’autres pays. Donc les règles ils doivent lui demander où ils ont l’asile pour les renvoyer. Pas dans son pays de d’origine tu vois.
Ici la règle c’est, les règles ont changé ou je sais pas ! Ils demandent, en premier, ils demandent son pays d’origine. Ils demandent pas le deuxième pays où ils ont eu l’asile, ou ils ont l’asile.
Tu vois, c’est un problème, quand y a des personnes qui ont des problèmes à l’intérieur…
Désolé [il tousse] parce que je jeûne aujourd’hui tu sais.

Y a des gens, je disais, ils ont l’asile parce qu’ils ont des gros gros problèmes dans leur pays. Donc les règles ici, ils doivent lui demander où il a l’asile pour le renvoyer. Pas le renvoyer dans son pays d’origine tu vois.
C’est illégal, enfin je crois.

Et pour les consulats ?

Les consulats ils nous prennent, nous nords-africains je veux dire. Ils font un tour tu vois.
Ils demandent à l’ambassade de Tunisie, au consulat de Tunisie et après une semaine ils nous amènent au consulat algérien et après deux ou trois jours, ils demandent au consulat marocain de te renvoyer tu vois.
S’ils ont rien trouvé, ils te demandent ton passeport, « Où est ton passeport ?! ». Si j’en ai pas, si je suis illégal ici, pourquoi tu me demandes mon passeport ? Si j’avais un passeport j’irais dans un autre pays, pas ici tu vois.

Voilà.

Je voudrais dire, ce monde est à l’humanité, à tout le monde tu vois. Je devrais choisir où je veux vivre, pas eux tu vois.
On peut pas se battre pour cacher les frontières. Y a pas de frontières dans le monde.

Et merci beaucoup pour l’enregistrement.

Témoignage de Yanis, détenu au CRA de St Exupéry, avril 2019

« Si vous souhaitez témoigner de comment ça se passe au sein du C.R.A ? Ce qui s’est passé récemment ? Voilà.

Alors euh, la première des choses on a vécu une tentative de suicide.

Yen a des flics qui n’ont pas intervenus pour sauver cela.
Yen a par contre que… des personnes du centre ils sont intervenus pour sauver la vie de cette personne.
Mais du coup, ils ont même maltraités par les flics. Comme si les flics aiment ce type se suicider tranquillement avec un sang froid et tout.
Donc euh à cause des personnes qui sont en rétention donc les gens ne doivent plus suivre. Ils sont survenu ici pour sauver la vie et on a constaté que l’indifférence de la plus part des policiers, n’ont… n’ont pas intervenu au moment qu’il … que que cette personne a fait cette tentative de suicide.
Donc euh c’est la plus, la chose la plus remarquable au centre de rétention ces derniers jours. Et du coup yen a d’autres dépassements par les flics même pour euh l’association qui… forum réfugiés.

Moi j’appelle « expulsion réfugiés », euh « forum expulsés » plutôt.
Parce que, ils donnent des mauvaises informations pour les nouveaux, ils demandent aux personnes pour faire l’asile et du coup il sont entièrement connu que impossible de… Impossible de faire l’asile.
Parce que ils vous [passage inaudible] pendant cinq jours ils vont bosser tous les informations de la personne et pour l’expulser le plus vite possible chez son pays, son pays c’est tout.

D’accord. Et est-ce que tu veux parler de comment ça se passe au sein du centre de rétention depuis que tu es arrivé ?

Donc euh… les situations et les circonstances sont entièrement défavorables, yen a un dépassement par les policiers, yen a la maltraitance, yen a l’insultation.
Ils ont insultés tous les personnes.
Ici yen a les bagarres partout donc ils ont créés une atmosphère de stress, de stress pour faire bagarrer tout le monde.
Je sais pas ça est-ce que ça c’est pour euh, c’est pas pour euh faire des drames ici ou pour euh.. Je sais pas pourquoi ils font comme ça.
Mais l’essentiel ils sont vraiment malpoli avec les gens du centre.

C’est quoi malpoli ?

Malpoli c’est une grande grossièreté. Donc euh… ils respectent pas la déontologie de leur travail, comme des flics.

Et est-ce que tu , ok, est-ce que tu souhaites parler de ce qui se passe pour les soins à l’intérieur ?

Concernant les soins, il n’y a pas de soins ici, c’est … C’est de la merde.
Ya que du Diazepam et tout. Yen a, jsais pas moi, concernant… moi j’ai consulté le médecin l’autre jour, elle m’a donné du Diazepam, moi j’ai, je suis un peu stressé, elle m’a dit « deux Diazepam ».
Et deux Diazepam je sais pas pourquoi elle m’a donné ce médicament là parce que c’est … C’est un anti-dépresseur ou quelque chose comme ça. Moi c’est pas une dépression c’est un petit stress passagère. Mais c’est…
Mais je savais pas pourquoi elle m’a donné ce médicament là, mais du coup ya une euh… une grande euh… Une grande euh… C’est la majorité qui prend ces médicaments là… C’est parce que c’est… C’est exprès qu’ils font ça ou je sais pas…

Pourquoi exprès à ton avis ?

Je sais pas pour calmer les gens peut-être, je sais pas…

Ok, est-ce que tu veux rajouter quelque chose ?

Globalement, en général c’est défavorable. »

Témoignage d’un prisonnier du CRA de Lyon Saint-Exupéry, mars 2019

Je sais pas si tes copains t’ont expliqué mais j’ai entendu dire que tu t’étais ouvert les mains et je voulais savoir si tu voulais expliquer pourquoi tu avais fait ça et pour qu’on le passe à la radio.

Bah j’ai fait ça parce que j’ai des enfants ici et qu’ils veulent m’expulser au pays. Je comprends pas pourquoi ils veulent m’expulser au pays, j’ai un enfant de quatre ans et un enfant de cinq ans et ils veulent m’expulser au pays. Ils m’ont fait un premier vol et le deuxième vol, je l’ai refusé et voilà ! Et là, je me suis charclé et j’attends, j’attends pour mon jugement et je regarde, quoi.

D’accord et tu as fait ça quand ?

Bah j’ai fait ça, enfaite c’était vendredi dernier. Au lieu de me ramener faire des points de suture, ils m’ont foutu là, ils m’ont ramené à l’isolement, ils m’ont gardé toute la nuit là-bas.

Ils t’ont amené à l’infirmerie quand même ou pas ?

Bah rien du tout, ils m’ont nettoyé juste le truc, et j’ai au moins treize points de suture, ils m’ont rien fait.

D’accord tu t’étais ouvert où ? Les poignets ?

Bah j’ai neuf points à peu près dans la main et treize points dans les pieds.

Donc ils t’ont quand même fait des points ?

Ouais. Bah ils ont vu, la CIMADE. Ils sont passés, une association aussi, ils sont passés. Bah ils ont pris l’ouverture, à deux millimètres et quelques. Il y a une ouverture, à peu près, elle est à treize millimètres. Normalement, c’est des points de suture, c’est ce qu’ils m’ont dit, mais, l’infirmière, elle m’a rien dit. C’est le docteur qui a dit : « ouais, ben mettez-le à l’isolement. »

 Donc tu as été mis à l’isolement, et là tu es sorti de l’isolement ?

Ouais.

Bah, je te remercie pour ton explication.

Il y a pas de souci. Mais à part ça, c’est le bordel aussi, là. L’infirmière ici, ils font n’importe quoi aussi, pareil. Et comme à le Forum, ils aident pas les gens, ici, ils expliquent rien aux gens, les gens, ils appellent la CIMADE et les gens de la CIMADE qui passent ici, ils aident un petit peu. Mais le Forum, il y a un bureau de le Forum, c’est pour aider les étrangers. Ils aident rien du tout. Il y a une infirmière aussi, ils font pas leur boulot comme il faut, c’est comme le médecin, c’est comme tout le monde. Les gens, ils ont attrapé des maladies, ils ont la gale et tout, ici, l’infirmière elle s’en fout. Il y en a un la dernière fois qui a fait une crise ici, aussi, pareil. Ils s’en foutent aussi. Ils leur donnent des médicaments, n’importe quoi, vraiment, ça sert à rien du tout.

Appel au secours de l’intérieur du CRA

« -Ok donc y a deux jours y en a qui ont essayé de faire une tentative de s ’évader. Il y en a trois qui ont réussi et trois qui se sont fait attrapés, ont été grave blessés. Ils ont été quarante-huit heures en garde à vue et ils ont passé en quarante-huit heures et aujourd’hui ils rentrent au centre, et aujourd’hui il y a quelqu’un tout à l’heure qui a monté sur la porte où il y a le barbelé. Et il s’est suicidé avec le barbelé. Et il s’est étranglé avec le barbelé. Et la police ils on rien fait c’est nous qu’on l’a descendu. La police ils ont mis à peu près 25 minutes juste pour ramener une échelle. Ils étaient même pas loin à 200 ou 300 mètres. Nous on a voulu le récupérer malgré tout y a les portes entre nous, donc on s’est grimpé tout le monde et on a essayé de descendre mais sauf que eux ils nous a gazé ils nous a frappé ils nous a violé, laisse tomber. Ici tout le monde ils ont pété un plomb, tout l’monde ils ont commencé à brûler, brûler les chambres, à brûler les matelas, à brûler tout. Donc ici les gens ils sont traités comme des chiens, si il y a moyen de nous aider, ici on est des êtres humains on est pas des animaux, voilà notre seul délit qu’on a pas de papiers, c’est notre seul délit notre seul problème dans cette vie. Vous pouvez appeler les associations, ou appeler les médias ou appeler les journalistes, ou toutes les personnes qui sont là pour l’humanitaire, pour de vrai, il faut qu’ils soient là pour nous, pas de cinéma, pas de spectacle, pas de théâtre, ici c’est des êtres humains, on n’a pas besoin de théâtre, on n’a pas besoin de spectacle, on a besoin des gens qui luttent pour nous. C’est un message d’au secours.

-D’accord

-Voilà c’que j’veux dire, et c’est pour ça que aujourd’hui, vraiment, y en a un qui s’est suicidé, y a même pas 20 minutes ou 25 minutes, y a du sang partout, y a des gens ici qui sont prêts à faire même plus que ça parce qu’on est traité comme des chiens. C’est pour ça on fait appel à tout l’monde, c’est un appel au secours ça.

-D’accord et là qu’est-ce que vous faites en ce moment ?

-Là en ce moment on essaie de se calmer mais malheureusement il nous a fermé mais c’est brûlé, y a des chambres qu’ont déjà brûlé, malheureusement y a rien on n’a pas le choix, si on reste ici on va mourir brûler, ou on va s’étouffer avec la fumée. Les gens ici ils peuvent plus enfaite c’est, c’est, c’est… pire que la prison ici c’est la prison politique c’est pas la prison humanitaire ici, c’est pas un centre de rétention, c’est la prison, c’est même pas la prison je sais pas c’que c’est. Faut aider ces gens-là, aujourd’hui on est des êtres humains, des étrangers, il faut les aider. J’peux plus trop parler là« 

[Ceci est une image du CRA de Vincennes où en 2008, des détenu.es ont mis le feu]

Témoignage d’Ani, détenu au CRA de Lyon Saint-Exupéry, février 2019

[…]

Q : Donc tu veux parler de quand tu as voulu appeler ton avocat ?

A : Non, moi j’ai pas appelé l’avocat. Ils m’ont dit que eux-mêmes ils vont appeler l’avocat. Donc j’ai dit « ok, pas de souci ». Donc ils ont appelé l’avocat et l’avocat est venu quelques minutes après. Et l’avocat il a dit [inaudible], donc on s’est vus, on a parlé. Moi j’ai parlé de ma situation à l’avocat. L’avocat m’a demandé si j’ai une adresse. J’ai tout donné. J’ai une adresse où je vis, s’ils veulent appeler ma copine pour vérifier, quelque chose que les policiers n’ont pas accepté de faire, ils n’ont pas fait. J’ai dit « s’ils veulent appeler leurs policiers [inaudible], ils peuvent aller regarder, moi j’ai mon nom sur la boîte d’adresse, et même les factures que ce soit Engie Gaz, le courant, il y a mon nom dessus, avec celui de ma copine. » Ils peuvent tout vérifier, moi j’ai l’adresse. L’avocat il m’a dit « c’est difficile, on verra. » Et jusqu’au soir, rien.

Ils sont venus me voir à 18 heures, ils m’ont dit que si la police n’a pas accepté de me libérer, c’est parce que je n’ai pas fourni de passeport. Si je donnais un passeport, peut-être la police allait m’assigner à résidence. J’ai pas donné de garanties, donc du coup on ne me relâche pas parce qu’ils jugent que je vais partir. Mais moi je lui dis, je vous ai donné une adresse et vous l’avez et le numéro de ma copine, vous l’appelez ou vous me demandez, quelque chose que vous ne voulez pas faire. Donc je ne sais pas quelles garanties je dois vous donner encore. Parce que les informations que je vous donne, vous ne les vérifiez même pas. Et vous voulez une garantie, je vous donne quelle garantie ? Moi, j’ai pas mon passeport, j’ai perdu mon passeport.

Donc ils me disent qu’ils vont m’envoyer en Centre de rétention. J’ai dit « ok, pas de souci. » Donc ils m’ont donné des papiers à signer, je ne voulais pas signer. La dame, elle m’a dit « c’est juste pour dire que la garde à vue est finie chez nous, c’est les gens du Centre de rétention maintenant qui vont t’emmener. » J’ai été naïf, j’ai signé. Et le procès-verbal, j’ai signé sans le lire. J’ai été naïf, ça même aujourd’hui, je le regrette. Et ils m’ont donné une OQTF – obligation de quitter le territoire. Et quand j’ai vu que c’est l’obligation de quitter le territoire, j’ai dit « je signe pas. » Elle m’a dit « ça dépend de vous, si vous voulez pas signer. » J’ai dit « oui, mais j’ai dit je signe pas donc vous n’avez même pas à me répéter. » Donc j’ai pas signé.

Et là, ils m’ont ramené ici. Et quand je viens ici, on me confisque mon téléphone. Je comprends pas. Je regarde leurs lois, leurs conditions de détention, je n’ai jamais vu où c’est écrit quelque part qu’on n’a pas droit aux Smartphones, je n’ai pas vu. Je regarde la loi du Centre de rétention et j’ai pas vu quelque part où c’est écrit qu’on n’a pas le droit aux Smartphones. J’essaie de leur faire comprendre mais ils m’écoutent pas.

Et là, je prends le temps, quand j’ai pu rentrer dans la chambre, je prends le temps de lire le procès-verbal. Ils me disent, dans le procès-verbal, c’est écrit non et j’ai eu le temps de parler avec ma copine au téléphone comme je voulais. J’ai appelé une personne. Ils m’ont demandé si je veux faire venir quelqu’un quand j’étais en garde à vue, j’ai dit non, que je ne voulais. Alors que c’est eux qui m’ont dit non, personne ne peut venir me voir quand j’étais en garde à vue. Maintenant, ils me disent non, dans le procès-verbal, ils écrivent, non, c’est moi qui ai refusé de recevoir la visite. Ça m’a choqué, mais j’ai pas pris en considération.

Donc on est allés devant la juge qui m’a reproché la même chose, parce que je ne donne pas de garanties. Pour eux je dois donner mon passeport qui serait une garantie que je vais partir, parce qu’à chaque moment qu’ils auront besoin de m’expulser, ils peuvent venir me prendre chez moi en sécurité parce qu’ils ont mon passeport. Donc, du coup, ils n’ont pas besoin du laissez-passer de mon Ambassade. Moi j’ai dit « j’ai pas de passeport. » Rien que pour ça, je suis pas libéré donc ils me ramènent en Centre de rétention. On me donne 28 jours et je suis ici depuis le 6 février, donc j’attends.

Q : Et tu es encore en contact avec ton avocat ?

A : Moi, je vais changer d’avocat parce que les avocats commis d’office, c’est pas la peine. Ils ne font rien pour te défendre. Les associations qui sont au Centre de rétention, c’est pareil, même ils te disent « ça sert à rien de faire appel, parce que, que tu fasses appel ou pas, tout compte fait, ça n’empêche pas ton expulsion. » Ça a l’air que c’est un système, ils travaillent tous ensemble, en fait. Ils disent toujours « non, on peut vous aider » mais ils font rien pour aider, donc l’avocat commis d’office, je ne l’appelle pas. Rien du tout. La dernière fois que j’ai fait appel, après, j’ai regretté. Pourquoi ? Parce que je ne veux plus que ce soit l’avocate qui s’occupe de mon cas. Parce que la dernière fois quand on est allé au commissariat, elle nous a demandé tous les documents pour montrer que je vis vraiment avec ma copine. On a tout envoyé. Elle a même demandé à ce que ma copine fasse une attestation d’hébergement sur l’honneur. Elle a tout fait, elle m’a envoyé sa pièce d’identité, elle a même envoyé son passeport qui prouve qu’elle allait me voir à Abidjan des fois. Et on arrive et j’ai dit aux gens de l’association : « dites à l’avocate que quand on va arriver, qu’elle appelle ma copine à la barre pour qu’elle puisse témoigner. » Et on arrive, l’avocate ne fait rien du tout. Moi-même, je vais à la barre pour parler et je me défends contre l’avocate qui est censée me défendre. Du coup moi, je vois ça comme une farce. Je me dis que ça sert à rien d’avoir un avocat, je ne vois pas l’importance .

Q : Oui, mais tu peux changer d’avocat, c’est vrai que les avocats commis d’office sont nuls.

A : Oui, j’ai parlé avec X. X. m’a trouvé une avocate, du coup, j’aimerais que ça soit elle qui s’occupe de mon cas. Je pense que mercredi, elle va croiser X. Elle a donné rendez-vous à X. pour prendre le dossier. Elle, au moins, elle a pris son temps, au téléphone, de m’expliquer la situation. Même quand quelqu’un ne peut pas te faire sortir de là où tu es, mais quand la personne prend le temps de t’expliquer les choses, « voilà comment, ça sera dur, mais voilà… » Ça donne un peu de réconfort !

Tu as une avocate qui te reçoit vingt minutes avant le procès et quand vous finissez le jugement, elle ne prend même pas le temps de t’appeler. Elle attend encore que tu reviennes devant le juge pour te recevoir encore vingt minutes avant que tu passes devant le juge. Elle prend quel temps pour lire mon dossier ? Elle prend quel temps pour me défendre ? Rien ! Vingt minutes ! En vingt minutes, on peut défendre ? On peut être au courant de tout un tas de trucs ? Non !

Q : Et est-ce que tu veux me parler de comment ça se passe dans le Centre de rétention ?

A : C’est ce que je dis à mes amis : pour moi, j’appelle pas ça « Centre de rétention ». Pour moi, c’est une prison. Parce que j’ai déjà rendu une visite à des gens en prison. Et je pense en prison, c’est même mieux qu’ici, voilà. Ici, c’est un semblant de… je ne sais pas comment dire… un semblant de liberté mais qui n’en est pas, voilà. Parce qu’on nous dit qu’on n’est pas en prison, mais ici on est en prison. On n’a même pas de place pour… tu sors de la chambre et tu as l’espace qui est là … je sais pas comment dire…  souvent t’as …  [passages inaudibles] les gens sont tellement sur leurs nerfs que c’est toujours la bagarre entre eux, parce qu’il y a pas d’endroit où… je ne sais pas comment dire… Pour moi, je dirais même qu’en prison, il y a plus d’espace. Et puis tu ne manges pas ce que tu veux. Tu manges des choses que tu n’as jamais vues. C’est pas de la nourriture préparée ici, c’est de la nourriture payée dans les trucs en plastique de supermarché qui sont passés au chauffage, qu’ils chauffent au micro-onde. Si tu veux tu manges, si tu veux pas tu manges pas, c’est pas leur problème, ça n’engage que toi.

Q : Et comment ils sont les gardiens, avec vous ?

A : Il y a des gardiens qui sont sympas. Pour moi, parce que les gardiens ils ne traitent pas tout le monde de la même manière, ça aussi, il faut le dire, voilà ! Donc, je ne peux pas parler pour tout le monde. Pour moi, à 80% la majorité des gardiens sont sympas. La majorité. Par contre, il y a d’autres, quand ils vous voient, ils ont l’impression qu’ils voient des animaux devant eux. Et pour eux, c’est des personnes sans importance, ou sont un petit peu plus qu’un prisonnier. Sinon, il y a des gardiens qui parlent avec nous, qui nous donnent des conseils, des choses à faire. Souvent même, il y en a qui n’aiment pas que leurs collègues parlent  «  Fais confiance à telle association ; à telle association ». [passage inaudible] Souvent on fait comme ça. Souvent les gardiens ils sanctionnent pas. Comme un qui vient d’arriver, il y a même un gardien qui lui a pris des habits parce qu’il n’en avait pas. Il lui a envoyé des habits le vendredi ou jeudi, encore, il lui a ramené des habits, c’est des habits qu’il a pris au magasin pour le lui amener, voilà. Il y a des gardiens qui sont sympas, ils lui donnent sans que ses amis le sachent. Il y a des gardiens qui sont sympas, mais par contre, il y a d’autres, c’est pas  la peine.

Au Centre, les gens viennent nous voir, ils nous amènent souvent des gâteaux, des biscuits chauds. Ils refusent souvent. Ils refusent que ça rentre et je ne comprends pas pourquoi. Pourquoi on n’a pas droit aux choses qu’on veut ? On n’envoie pas des choses pour se tuer, on n’envoie pas des choses pour, non. C’est de la nourriture qu’on envoie. Pourquoi on nous dit pas qu’on nous ramène de la nourriture ? Ça, j’arrive pas à comprendre. Il y a des choses que j’arrive pas à comprendre. Pourquoi on nous dit pas qu’on nous ramène de la nourriture ?

Pourquoi on ne veut pas qu’on ait accès à l’internet ? Ça, je n’arrive pas à comprendre parce que moi, ma copine, elle a payé un téléphone et le problème avec le Smartphone il dit que c’est la caméra, ok, donc elle a payé un téléphone, elle est allée chez un réparateur, elle a enlevé la caméra, devant comme derrière, elle a tout enlevé. Elle a envoyé le téléphone mais ils ont refusé que ça rentre parce que c’était un Smartphone. Vous refusez que ça passe, maintenant, nous on fait comment pour communiquer avec les parents ? Vous voulez nous ramener au pays et on ne peut pas communiquer avec les parents au pays. On fait comment ? Aujourd’hui tout le monde avec Messenger ou Whatsapp, on communique avec les parents au pays. Comment on fait pour communiquer avec les parents ? Tu peux pas prendre les unités prépayées, ça coûte cher, quoi ! Si tu prends du crédit pour appeler en Afrique, ça coûte très cher ! Du coup, c’est par internet qu’on communique. Et là, vous nous refusez ça ! On fait comment avec les parents ? On dit comment qu’on arrive ? Voilà !

Moi je dis  » si vous me ramenez pas, pourquoi vous nous entassez là les uns sur les autres « . Souvent il y en a qui dorment par terre, ou d’autres qui sont cinq dans les chambres. Ça sert à quoi ? Si vous n’avez pas les moyens de vous occuper de nous en Centre de rétention, envoyez-nous chez nous ou laissez-nous en liberté. Moi, j’ai juste demandé qu’on me laisse trente jours, que moi-même, j’organise mon voyage, moi-même, je paie mon voyage, je rentre. Qu’on me donne l’obligation de quitter le territoire, ok il y a pas souci, mais qu’on me donne juste au moins le temps que je réunisse mes affaires, parce que j’ai des affaires à Paris, que je n’ai pas pu faire venir ici, et moi-même je prends mon billet et je quitte le territoire. C’est pas un souci. Mais on refuse et on m’amène là. Vous m’amenez là, c’est que vous avez les moyens de vous occuper de moi. Je mange pas ce que je veux, je fais pas ce que je veux, ça c’est une prison ! Du coup, c’est quoi la définition du mot « prison » ? C’est une punition ! Donc là, c’est une punition.

Q : Tu me disais que vous étiez nombreux à l’intérieur ?

A : Quand ils ramènent une autre personne, nous on refuse, parce qu’on ne veut pas être plus de quatre dans la chambre. Il y a des gens qui sont cinq avec deux qui dorment par terre. C’est quatre lits dans les chambres. Donc s’il sont cinq, il y en a qui sont obligés de dormir par terre.

Q : Donc il y a plus de monde dans le Centre de rétention que ce qu’il y a de places ?

A : Ah oui !

Q : Et toi, tu es déjà allé à l’infirmerie ?

A : Ah oui ! Même hier, je suis allé à l’infirmerie. L’infirmerie, c’est rien du tout. C’est juste un nom. Si tu as besoin de paracétamol, oui, tu peux aller à l’infirmerie. Si tu as besoin de soins, vraiment, de soins qu’il faut, alors ça ne vaut pas la peine d’aller à l’infirmerie parce qu’il y a rien du tout. Même le médecin et les infirmières n’ont rien comme matériel pour s’occuper de nous. Moi, j’ai mal à l’orteil, j’ai mon orteil du pied qui me fait mal, je sais pas pourquoi. Voilà, actuellement je n’arrive même pas à porter la chaussure fermée. Donc je suis allé à l’infirmerie et la dame elle m’a vu quarante secondes et elle m’a donné une pommade avec le pansement, c’est tout. J’ai dit j’ai mal. Et ce qu’elle m’a donné, ça m’a rien fait.

Q : Il y a d’autres choses que tu voudrais raconter ?

A : Oui, je ne sais pas si vous avez parlé avec elle, il y a une fille, je ne sais pas pourquoi, elle est du Congo et on veut l’envoyer en Angola. Ça c’est des choses, on comprend pas, ici. On a l’impression qu’ils font du business avec les Ambassades. Parce que moi, depuis que je suis arrivé, il y a deux ans, qu’ils sont venus me trouver là, qu’ils sont allés à l’Ambassade et moi depuis, on ne m’amène pas à l’Ambassade. On me dit « on va t’amener à l’Ambassade pour aller parler avec ton Ambassade pour ton laissez-passer. » Et est-ce je suis envoyé à l’Ambassade depuis que je suis là ? Non ! Rien du tout ! On m’a pas encore envoyé à l’Ambassade. Il y a des gens qui sont arrivés qui ne sont même pas allés à l’Ambassade et du jour au lendemain, on leur dit l’Ambassade a donné le laissez-passer.

Q : Ah oui, ils sont pas allés à l’Ambassade et ont quand même reçu un laissez-passer.

A : Oui, on n’arrive pas à comprendre. Depuis le départ, on nous coupe du monde, on ne sait pas ce qui se passe dehors et nous on est là, c’est pas facile, on est enfermés.